2010 : l’année de toutes les réussites pour Salsabile

Le 10 décembre 2010
0

A 19 ans tout juste, Salsabile, signataire du Contrat d’Autonomie dans le Rhône, a décroché une formation et un CDI à temps partiel. Et elle compte bien faire de même pour le permis de conduire.

Ingeus Se réorienter professionnellement

Printemps 2010. Alors qu’elle est à la recherche d’un emploi, Salsabile entend parler d’Ingeus par une amie : « je venais de rater mon BEP carrière sanitaire et sociale à un demi point. Comme mon école était loin de chez moi, j’étais souvent absente. Et malgré de bonnes expériences en stage, mes professeurs n’ont pas souhaité valider mon diplôme ».

La jeune femme se met alors en quête d’un travail avec un souhait : se réorienter professionnellement. « Lors de mes stages d’aide-soignante, je m’occupais essentiellement de faire la toilette des malades. Mais cela ne me suffisait pas » explique Salsabile « je souhaitais avoir davantage de contact et de relation avec les personnes que j’accompagnais ».

Formation auxiliaire de vie sociale

Après une première réunion d’information dans les locaux d’Ingeus, Salsabile est contactée par Mareva, qui devient alors sa conseillère attitrée. « J’ai signé le Contrat d’Autonomie le 28 mai. J’étais très motivée. Je l’ai toujours été. Pour moi, ce suivi n’était que du bonheur. J’aimais aller chez Ingeus. J’avais toujours à cœur de faire plaisir à Mareva, comme si elle faisait partie de ma famille ».

En peu de temps, soutenue par sa conseillère, Salsabile trouve une formation d’auxiliaire de vie sociale à l’Ecole Santé Social Sud-Est de Lyon. « J’ai d’abord passé une épreuve écrite. Ensuite, Mareva et une autre conseillère m’ont aidée à préparer l’oral. Elles m’ont donné des conseils sur la façon dont je devais m’habiller et me comporter » se rappelle la jeune femme. Résultat : elle décroche cette formation de neuf mois.

800 euros par mois et de la motivation à revendre

En parallèle, Salsabile cherche du travail pour le mois d’août. Elle est recrutée comme aide à domicile. « Je n’ai eu que des bons retours. Du coup, la patronne m’a proposé de rester tout au long de l’année scolaire. Aujourd’hui, je travaille pour cette association deux week-ends par mois ».

Grâce à la formation en alternance et à son emploi du week-end, la jeune femme gagne 800 euros par mois, « de quoi passer le permis de conduire » se réjouit-elle. Et si elle avoue parfois être un peu fatiguée avec cet emploi du temps chargé, elle ne manque jamais d’ajouter que tout cela vaut le coup.

Et quand on lui demande ce qu’on peut lui souhaiter pour l’avenir, elle répond : « avoir mon diplôme et mon permis ! »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest