Il faut donner leur chance aux jeunes des quartiers » – Laurence Pappalardo, Carrefour

Le 14 octobre 2008
0

Pour quelle raison Carrefour s’est engagé, avec d’autres entreprises, à embaucher des jeunes des quartiers ?Carrefour est engagé depuis longtemps pour la diversité. Déjà en 2004, le groupe a signé son premier engagement avec le gouvernement, la Charte de la diversité. Mais dans la pratique ça fait bien plus longtemps que le groupe s’est engagé à recruter et promouvoir sans discrimination. Nous menons en parallèle deux actions spécifiques: recruter dans les zones d’implantation des magasins et sensibiliser nos personnels et nos recruteurs. Nous avons de très bons résultats puisque, sur toute la France, 75% des effectifs de nos magasins viennent d’une zone limitée à 15 km autour du magasin et 25% sont issus des Zones Urbaines Sensibles.

Quels sont les objectifs qui ont été fixé lors de l’engagement signé en février 2008 ? Dans le cadre du Plan Espoir Banlieues, en février 2008, avec Fadela Amara et Christine Lagarde nous avons renforcé notre engagement puisque le groupe s’est engagé à embaucher 1600 jeunes des quartiers en 2008. Actuellement, dans les hypermarchés Carrefour, nous sommes à 770 recrutements et nous devrions arriver à 850 d’ici la fin 2008… auxquels il faut bien sûr ajouter les recrutements dans les autres enseignes du groupe. Chaque année, nous avons en moyenne dans nos effectifs 3000 jeunes des banlieues.

081002interviewcarrefourexergue Concrètement, comment se passe le recrutement ? Passez-vous par des intermédiaires ? Nous avons un mode de recrutement naturel puisque nous recrutons autour des magasins. Nous sommes motivés par plusieurs raisons : nous pensons qu’il faut donner sa chance au jeune du quartier, d’autant plus qu’il connaît son quartier et les clients du magasin, il apporte en plus une richesse culturelle au magasin. Concrètement, nous travaillons avec tous les organismes sur le terrain. Nous embauchons souvent les jeunes en contrat de professionnalisation car ce dernier s’adresse aux jeunes sans qualification. Il leur donne une chance de s’intégrer dans la société en apprenant un métier.

Quels sont les métiers occupés par ces jeunes en général ? On recrute principalement des employés de rayon et des assistantes de caisse. Dans le cadre des contrats de professionalisation, ils reçoivent une formation qui se déroule en plusieurs temps : l’apprentissage de la culture de l’entreprise, de la grande distribution, la connaissance de notre société et enfin de leur métier. C’est une formation « en entonnoir ».

Une fois entrée dans le groupe, les jeunes ont-ils des possibilités d’évolution ? Carrefour privilégie la promotion interne, 75% des cadres sont issus de la promotion interne et c’est le cas de 90% des directeurs de magasins. Les jeunes qui rentrent en contrat de professionnalisation et d’apprentissage ont donc de véritables opportunités d’évolution de carrière au sein même du groupe.

Avez-vous des méthodes de recrutement spécifiques pour favoriser l’embauche des jeunes des quartiers ? Nous avons développé plusieurs modes de recrutement des jeunes pour leur donner leur chance même s’ils n’ont pas de diplôme ! Nous utilisons une méthode dite par habileté ou par simulation. En fait, nous ne regardons pas les diplômes mais les compétences, nous ne jugeons pas sur le CV mais sur une mise en situation. Par exemple, pour les assistants de caisse, nous les mettons en situation et nous faisons attention au contact avec le client. 100 à 200 personnes sont recrutées de cette façon chaque année.Nous avons aussi développé les dossiers de candidature anonyme. Concrètement, il permet d’effacer le nom de la personne pour qu’il n’y ait pas de doute sur une éventuelle discrimination liée à l’origine. Les candidats peuvent donner un pseudonyme à la place de son nom et l’accent est mis sur la description de ce qu’ils savent faire, de ses passions. Pour nous, il est très important que les jeunes expriment leurs passions. Nous avons plus de trente métiers différents et dans nos rayons, on retrouve tous les domaines. Si une personne nous explique son intérêt pour l’informatique par exemple, nous savons qu’au rayon informatique, elle pourra bien orienter les clients tout en prenant plaisir à exercer son métier.

Pour les jeunes qui sont à la recherche d’un emploi et qui souhaitent travailler chez Carrefour, à qui doivent-ils s’adresser ? Comment doivent-ils procéder ? En premier lieu, il faut dire à ses jeunes qu’il n’y a pas de barrières. Ils ne doivent pas se dire : je n’ai pas de diplôme donc je ne serai pas pris. Et puis, je dirais qu’il faut expliquer ses motivations avec passion plutôt qu’avec raison. Nous voulons savoir ce qui motive ces jeunes, ce qui les pousse dans la vie. Mais aussi pourquoi et comment ils ont envie d’évoluer, quel est leur rapport avec la clientèle, etc. Pour postuler, les jeunes peuvent remplir des candidatures anonymes par l’intermédiaire de notre site Internet www.recrute.carrefour.fr ou encore plus simple : adresser leur candidature directement au magasin dans lequel ils souhaitent travailler. Nous avons un centre de recrutement à Paris qui centralise le recrutement pour tous les magasins. Les réponses sont en général très rapides.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest