Premier Contrat signé, première solution trouvée !

Le 6 octobre 2008
0

Pendant trois ans, Najate a enchaîné les formations courtes, les stages et les concours sans réels résultats. Première à avoir signé un Contrat d’Autonomie avec Ingeus sur le site de Lille Sud, elle est également la première à avoir trouvé une solution. Elle va débuter une formation diplômante, un BEP Carrière Sanitaire et Sociale à Tourcoing. Najate est heureuse car elle a toujours souhaité travailler dans «  le social » mais son discours est sans concessions lorsqu’elle parle des quartiers.Najate1  

Cela faisait trois ans que vous cherchiez une formation, vous devez être soulagée !
Oui ! Je me sentais seule dans mes démarches avant de travailler avec Ingeus. Je me suis déplacée dans les structures, je me suis présentée, je me suis proposée mais rien n’aboutissait. J’ai envoyé des centaines de CV, passé des centaines de coups de fil. Je n’avais jamais de réponse.

Avec le recul, quelle analyse faites-vous de cette situation ?
Déjà, je voulais travailler dans le milieu du social. Ce secteur est assez fermé, il n’y a pas beaucoup d’emplois pour une personne sans diplôme. Pour ne rien arranger, j’étais toute seule, je n’y arrivais pas. Quand j’ai entendu parler d’Ingeus et d’un accompagnement renforcé, je me suis tout de suite dit que ça allait pouvoir m’aider. Que j’allais peut-être enfin trouver quelque chose qui me convienne. Pour moi, c’était très important d’avoir un accompagnement intensif. Dès que j’ai besoin de quelque chose je peux appeler, je peux venir ici au Pôle ressources, consulter Internet ou faire des recherches d’emploi. J’ai besoin d’envoyer un CV ? Je peux demander conseil à ma conseillère.

Vous êtes la première à avoir signé un Contrat d’Autonomie et à avoir trouvé une solution. Tout cela s’est passé en quelques jours. Vous êtes surprise de la vitesse à laquelle tout s’est déroulé ?
Oui, ça ma surpris. Car je ne connaissais pas Ingeus. Je me suis dit : « ah, pour une fois que l’on pense à nous ». Ici, j’ai l’impression d’être valorisée. J’ai l’impression d’être quelqu’un parce que l’on m’écoute, on m’accorde du temps. Franchement, ça fait plaisir de voir qu’il y a des gens qui pensent à nous. Car je viens d’un milieu qui n’est pas facile. Des quartiers où il y a quand même pas mal de difficultés, beaucoup de jeunes qui sont en demande d’emploi. La plupart sont d’ailleurs catalogués parce qu’ils viennent de tel ou tel quartier.

080918contratautonomielillesudexe_2 Vous avez parfois le sentiment d’être victime de discrimination ?
Franchement oui. Pendant un moment, j’étais à la recherche d’un emploi. Pas par rapport à mon projet, mais juste pour avoir un peu d’argent. J’ai recherché dans tous les métiers, même pour faire du ménage. Et je ne trouvais pas. Je ne pense pas que je manquais de motivation ou d’argumentation dans ma lettre de motivation. Alors à partir d’un moment on a un doute. Je me suis demandée si ce n’était pas le fait d’avoir mis mon prénom et mon nom de famille sur mon CV. J’ai vraiment pensé à faire un CV et une lettre de motivation anonymes parce que forcément au bout d’un moment on en a marre. Certains sont sans qualification et trouvent un emploi tout de suite. D’autres on un Bac + 6 mais ils galèrent parce qu’ils s’appellent Rachid. On vient d’un quartier difficile donc on est catalogué ou identifié comme dangereux.

Vous êtes en colère ?
Oui, on est en France. On n’est pas dans un pays où il y a toute la misère du monde ! Heureusement qu’il y a des aides financières pour aider certains jeunes. J’en connais qui se retrouvent à la rue parce qu’ils n’ont ni aide financière ni boulot. Les parents, ils n’en veulent plus. Après, on se demande pourquoi il y a des SDF si jeunes dans les rues.

>> Découvrez Najate en vidéo!


Najate, signataire du Contrat d’Autonomie à Lille Sud
envoyé par Ingeus
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest