Les entreprises se mobilisent pour les quartiers !

Le 2 février 2009
0

0810-13IMS
Rencontre avec Patricia Charrier, responsable du Pôle Entreprises et Quartiers de l’association IMS – Entreprendre pour la cité. Cette structure a été créée en 1986 par Claude Bébéar qui estimait que l’entreprise ne doit pas se contenter de son rôle d’acteur économique. Elle doit être aussi un acteur social. Aujourd’hui, IMS regroupe 220 grandes entreprises de toutes tailles et de touts secteurs d’activité.

Vous parlez beaucoup de la responsabilité sociale des entreprises. Qu’est-ce que c’est ?
Nous avons quatre pôles d'activité : le mécénat et les fondations, l’innovation sociétale, la lutte contre les discriminations et la promotion de la diversité et enfin, le pôle Entreprises et Quartiers dont j’ai la charge.
Concernant la diversité, nous sensibilisons les services ressources humaines sur les process de recrutement et sur les évolutions de carrière. Pour les quartiers, notre objectif est de recruter dans et avec les quartiers. Les populations des quartiers sont souvent discriminées et rencontrent, pour beaucoup, des difficultés économiques et sociales. Nous accompagnons localement les entreprises qui ont signé le label diversité en leur proposant une aide au sourcing notamment. Autrement dit, nous les mettons en relation avec les missions locales ou les E2C, pour qu'elles puissent recruter les personnes issues de ces quartiers. Notre rôle est vraiment d'accompagner les entreprises dans leur engagement pour la diversité, trouver les bons acteurs locaux, comme Ingeus par exemple, et les mettre en relation avec les entreprises.

Concrètement, comment se passe cet accompagnement ?
Au niveau local, on a créé des Clubs d'entreprises. Il en existe 13, à Bordeaux, Marseille, Rouen, Roissy, 0810-13IMSExergue

Evry… Ce sont des regroupements de 12 à 15 entreprises qui ne sont pas concurrentes entre elles. Nous favorisons ainsi l'implantation locale de grandes entreprises, par exemple Axa qui s'installe à Evry. Nous favorisons la prise de contacts avec les autres acteurs locaux. Les Clubs se réunissent quatre fois par an. Des actions concrètes, collectives ou individuelles, sont menées dans le domaine du recrutement et du soutien à l'emploi, des actions en direction des populations du territoire. En ce qui concerne le recrutement, nous organisons des rencontres métiers ou des forums de recrutement.
Exemple : A Nanterre, le Club organisait une rencontre recrutement en association avec Ingeus le 2 décembre dernier. Deux entreprises, Mediapost (Postes de distributeurs) et Bien servi (Postes d’aides ménagères), ont fait passer des entretiens de recrutement. Six candidats signataires du Contrat d’Autonomie étaient presents. Malheureusement, aucun d’entre eux n’a été retenu. Pas d’inquiétude : le prochain entretien sera sans doute concluant!
Nous avons pour mission de faire que les gens se rencontrent et travaillent ensemble. Il faut mettre en relation les acteurs du territoire avec les entreprises autour d'actions concrètes.

Que pensez-vous de l'adoption du label diversité ? IMS accueille le secrétariat de la Charte de la diversité qui a été signée par 2000 entreprises dont 90% sont des PME (Petites et Moyennes Entreprises) ou des TPE (Très Petites Entreprises). C'était une démarche d'engagement. Le label diversité, quand à lui, a été mis en œuvre par l'ANDRH, je pense que toutes les démarches sont bonnes à prendre. Il faut agir et recruter dans et avec les quartiers, faire des démarches auprès des PME et des TPE. Il faut aussi créer de la mixité entre les quartiers riches et les quartiers moins riches. Le siège d’une société d’assurance s'est ainsi implantée dans le 93. Nous les avons aidées à développer des démarches vis-à-vis du territoire pour créer du lien. Un réseau de parrainage avec les jeunes des quartiers a été mis en place, des liens avec l'université ont été créés.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest