Devenir apprenti dans le BTP ?

Le 1 septembre 2010
0

Laurent Wauquiez, Secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi auprès de la Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi s'est rendu au « CFA BTP de Saint-Etienne » le lundi 21 juin 2010. Objectif : promouvoir l’apprentissage dans le secteur du BTP à travers la signature d’une convention avec le CCCA BT, le Comité de Concertation et de Coordination de l'Apprentissage du Bâtiment et des Travaux Publics. L’apprentissage, voie royale d’une multitude de métiers passionnants !

Marcel-malmartel-btp > Pourquoi une convention ?

Après une dizaine d’années de croissance économique, le secteur du bâtiment et des travaux publics a connu en 2009, une baisse significative de son activité. Les entreprises, fragilisées par la crise, ont largement freiné le recrutement d’apprentis. Résultat : les Centres de formation d’apprentis (CFA) accusent cette année une baisse de 16% de jeunes en 1ère année de CAP. « Le secteur du bâtiment, par tradition, a toujours beaucoup formé et employé des apprentis. Cette baisse est inquiétante. Nous avons voulu donner un signal fort aux entreprises pour qu’elles n’oublient pas nos jeunes. Nous travaillons avec la centaine de CFA de France et d’Outre-mer pour définir une stratégie et activer nos réseaux sur tout le territoire » nous explique Marcel Malmartel, secrétaire général du CCCA-BTP. La convention a permis la création de 75 postes de développeurs pour les CFA. Sorte de supers commerciaux de l’apprentissage, ils créent le lien entre les entreprises du bâtiment et les CFA.

> L’apprentissage, seule voie d’accès aux métiers du bâtiment ?

Marcel Malmartel estime qu’il ne s’agit pas « de la seule voie. Mais de la meilleure ! Il faut avoir à l’esprit que l’apprentissage est avant tout un contrat de travail. C’est sa véritable valeur ajoutée par rapport à d’autres formations. Le contrat, un CDD de deux à trois ans, est basé sur l’alternance entre le travail en entreprise et la formation en CFA. Il faut compter environ trois semaines en entreprise, pour une semaine au centre de formation. À la fin du contrat, notre taux d’insertion avoisine les 80%. De plus, l’apprentissage prépare à une vraie qualification, comme le CAP, par exemple. Autour du projet d’un jeune, il y a la création d’un trio gagnant : le jeune, son maître d’apprentissage et le CFA. Bien plus qu’une simple formation, c’est un projet professionnel ».

> Si c’est un contrat de travail : quelle est sa rémunération ?

Dans le BTP, la rémunération est bien plus significative que dans n’importe quelle branche professionnelle. Pour exemple, si on débute son apprentissage à 16 ans, on touche 25% du Smic. Mais dans le BTP, le salaire va jusqu’à 40% du Smic. Marcel Malmartel conclut : « Par-dessus tout, pour moi, l’apprentissage, c’est aussi un projet pédagogique fort. Au delà d’une qualification professionnelle, l’apprentissage offre aux jeunes un bagage citoyen. Les maîtres d’apprentissages sont aussi là pour donner aux jeunes des clefs pour vivre en citoyen responsable. Toutes les entreprises ont compris l’intérêt d’embaucher un jeune formé spécialement pour elles ».

> Comment se renseigner

Alors si vous souhaitez apprendre un métier du bâtiment ou des travaux publics, n’hésitez pas à contacter le CFA le plus proche de chez vous, en regardant sur www.ccca-btp.fr ou sur http://www.apprentissage-btp.com/trouver-un-cfa-btp-proche-de-chez-moi.html. Épaulé par votre conseiller Ingeus, prenez rendez-vous avec le conseiller Jeune & Entreprise de votre CFA. Il vous aidera à définir votre projet et vous indiquera les démarches à suivre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest