Les emplois d’avenir nouveau dispositif d’insertion dans le secteur non-marchand

Le 7 décembre 2012
0

Première mesure du gouvernement pour l’emploi des jeunes, la campagne pour les emplois d’avenir a été lancée le 19 novembre dernier.
Le but est de proposer d’ici fin 2013 à 100 000 jeunes sans expérience ni
qualification, un emploi dans le secteur non marchand qui devrait permettre de
se former et d’accéder ensuite plus facilement et plus sereinement au marché du
travail. À qui s’adresse ce contrat, quelles opportunités offre-t-il ?
Voici quelques éléments de réponse.


Aff_Emploi_jeune-294

L’emploi d’avenir :
pour qui, pour quoi ?

Cette mesure subventionnée
par l'Etat, sera proposée dans des collectivités locales et des associations, à
des jeunes de 16 à 25 ans (voire 30 ans pour les travailleurs handicapés)
n’ayant pas de diplôme ni d’expérience, et pour qui l’insertion
dans le monde du travail est difficile. Les habitants des quartiers sensibles
(ZUS) ou issus de zones rurales sont prioritaires. Le « premier vivier
d'identification des jeunes susceptibles d'être recrutés en emploi d'avenir
sera celui des jeunes en recherche d'emploi déjà suivis par Pôle emploi, les Missions
locales ou les Cap emploi. Les emplois d'avenir pourront également faire partie
des solutions proposées aux jeunes identifiées par le biais des plates-formes
de suivi des décrocheurs ». L’emploi d’avenir est un contrat en CDI ou en CDD
d’une durée maximum de 3 ans. Contrat à temps plein ou à temps partiel
(mi-temps minimum), ces salariés seront rémunérés à minima au SMIC. Toute
la phase de suivi dans l’emploi d’avenir est prise en charge par le réseau des
Missions locales.

Les employeurs sont majoritairement
des acteurs du secteur public, exceptionnellement certains
employeurs du secteur privé (établissements publics à caractère industriel et
commercial, CCI, chambres de métiers et de l'artisanat et certaines entreprises
du secteur parapublic) auront également la possibilité de recruter des jeunes
en contrat d’avenir. Les employeurs doivent proposer « une perspective de
qualification et d'insertion professionnelle durable » et appartenir « à un
secteur d'activité qui présente un fort potentiel de création d'emplois ou qui
offre des perspectives de développement d'activités nouvelles ».

Ce sont environ 100 000
jeunes qui vont bénéficier de cette mesure
d’ici fin 2013 et
150 000 en 2014. Ils pourront travailler dans des branches comme les
services à la personne, l’animation socioculturelle et sportive, le
médico-social, le tourisme ou encore le numérique et même les métiers de
l’enseignement.

Depuis la mise en place
de la mesure courant novembre, plusieurs emplois d’avenirs ont été conclus.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest