La génération Y : si différente des autres ?

Le 29 janvier 2013
0

On les dit individualistes, impatients et zappeurs , ou encore hyper connectés. La génération Y, ces jeunes nés entre les années 80 et 90, est parfois vue comme une génération difficile à cerner, ou inversement idolâtrée. Celle-ci bouleverserait les codes pré établis du monde professionnel et soufflerait un vent de renouveau au sein des entreprises. Mais est-ce vraiment le cas ?


La génération du « pourquoi ? »

La génération Y (ou Why en anglais, qu’on peut traduire par la « génération pourquoi ») désigne les jeunes de 16 à 30 ans, qui refuseraient l’autorité et seraient toujours à parlementer pour établir des compromis. Hyper connectés, nés avec un ordinateur entre les mains, ils auraient un sens inné pour les nouvelles technologies.

Quels que soient les a priori sur ces jeunes, il est vrai qu’ils n’obéissent pas aux mêmes codes que les générations antérieures. La sempiternelle « la jeunesse d’aujourd’hui, ce n’est plus ce que c’était » prend ici tout son sens, notamment dans le monde professionnel.

La raison ? Ces jeunes n’envisagent pas le travail de la même manière que leurs ainés. Ils ne partagent pas non plus la même vision du monde puisque ce dernier a connu des mutations importantes en l’espace de quelques années. Ces jeunes savent par exemple qu’ils ont peu de chance de réaliser toute leur carrière dans la même entreprise, qui, d’ailleurs, ne les fait plus rêver comme avant. La mobilité est courante et bénéfique car les jeunes n’hésitent plus aujourd’hui à partir travailler dans un autre pays.

Lucides et adaptables, ils acceptent aussi l’idée de gagner moins que prévu pour privilégier leur bien-être. En effet, les jeunes ne veulent pas envisager le travail comme une contrainte, mais comme un espace où s’épanouir.

Cette nouvelle approche incite les employeurs à revoir leur manière de manager leurs équipes. Ils doivent désormais prendre en compte les « états d’âme de ceux dont ils sont responsables », explique Jean Pralong, qui a mené de nombreuses recherches à ce sujet.

Une logique différente… qui plait aux employeurs

La génération Y veut s’accomplir différemment en privilégiant le plaisir dans le milieu professionnel. C’est aussi une génération d’entrepreneurs, d’après Valérie Landrieu et Marie-Sophie Ramspacher, deux journalistes qui se sont penchées sur leurs aspirations.

Ces jeunes n’ont pas le même rapport au travail que leurs ainés. Une vision que semblent apprécier les employeurs selon « L’Observatoire Social de l’Entreprise » mené par l’Ifop en 2012.

Ainsi, on apprend que la plupart des chefs d’entreprise ne notent aucune différence de management selon les générations. Et lorsque certains relèvent des changements, ceux-ci sont plutôt positifs : ils les jugent les «Y» plus motivés, plus enthousiastes et plus polyvalents. Tous s’accordent pour dire qu’ils sont aussi plus ambitieux.

Si les jeunes de la « génération pourquoi » semblent poser plus de questions et s’ils privilégient leur bien-être au lieu de leur carrière, ils ne s’avèrent pas plus difficiles à encadrer.

En définitive, cette génération, comme toutes les précédentes, bousculent nos façons de penser, de manager et d’entreprendre, tout en ayant beaucoup à apprendre de leurs ainés, plus matures et plus expérimentés.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest