L’Armée de terre recrute des jeunes avec l’aide d’Ingeus

Le 22 juin 2009
0

0905-11ArmeePhoto1 L’Armée de Terre organise régulièrement des réunions d’information pour présenter la diversité des carrières qu’elle propose. Ce jeudi 11 juin, deux adjudants et un brigadier-chef étaient dans les locaux d’Ingeus à Tourcoing pour rencontrer 16 jeunes intéressés par les métiers de l’armée.

> Pas besoin de diplôme.

« L’objectif d’une réunion comme celle-ci est de faire découvrir aux jeunes gens l’armée de terre et ses possibilités de recrutement », explique l’adjudant-chef Caudry, qui précise : « Il n’y a pas besoin de diplôme pour entrer dans l’armée si l’on souhaite devenir simple soldat. Il suffit de passer des tests. En revanche, pour les carrières professionnelles de secrétaire, mécano ou cuisinier, on demande aux jeunes gens d’avoir un BEP, un CAP ou un Bac Pro ».

Ensuite, il suffit de remplir un dossier : « Si vous nous ramenez ce dossier, on vous inscrit à nos tests de sélection. Il s’agit de deux jours de tests qui se déroulent dans notre centre de sélection à Nancy. Tout est payé : Transport, hébergement et nourriture. Là, vous serez évalué d’un point de vue médical, comportemental avec des tests psychotechniques, un entretien de motivation et des épreuves de sport », poursuit le militaire.

0905-11ArmeePhoto3

> À Tourcoing

Les militaires ont profité de cette réunion en petit comité pour mettre en avant les spécificités de l’armée. Une diversité des métiers : « On y trouve quand même une manière de vivre, une diversité d’emplois, etc. Ce n’est pas ce que l’on pourrait faire dans le civil en étant sur une chaine de travail ou ce genre de choses. Il y a encore trois ans j’étais mécanicien donc je travaillais sur les tourelles de chars et maintenant je travaille dans un centre de recrutement, dans un bureau », détaille le brigadier-chef Willy Beaucourt. Mais l’armée, c’est aussi un esprit de corps : « Sur le terrain, on est soldat avant tout, précise l’adjudant chef Caudry. Il n’y a pas de secrétaire, de mécano ou de cuisinier. Juste des soldats ».

> Une grande responsabilité.

Emmanuelle a assisté avec attention aux deux heures de présentation. Et elle hésite toujours : « Ca m’intéresse mais par contre, il ne faut pas avoir de doute parce que c’est vrai que le métier de militaire, il faut être fort, il faut savoir gérer tout ce qui est stress. Ce n’est pas un métier à prendre à la légère, je pense. » Cette réunion l’a toutefois vivement intéressée : « C’est utile parce qu’ils sont assez francs. Ils parlent très bien des bons comme des mauvais côtés. Donc ça permet de visualiser un peu mieux les choses ». Comme Emmanuelle, dix jeunes suivis par Ingeus ont emporté avec eux un dossier de candidature. La plupart sont séduits par les missions extérieures : « Il y a des possibilités de mission de quatre mois dans les territoires et départements d’Outre mer et des opérations extérieures de quatre à six mois par an, là dans un pays étranger type Afghanistan, Kosovo. », conclut l’adjudant-chef Caudry.

> Pour télécharger un dossier de candidature : ou n’hésitez pas à demander de plus amples informations à votre conseiller Ingeus !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest