MK Crymlinz : Ingeus le jour, “Insomniak” la nuit !

Le 6 août 2012
0

Le 27 juin dernier, Ingeus inaugurait officiellement son nouveau site de Bron Terraillon. Aux côtés des représentants de la Préfecture, de la Mairie ou de Pôle emploi, Mehmet Kilic, alias MK Crymlinz. Le jeune homme était venu partager son expérience chez Ingeus.

MehmetKilicLe jeune rappeur de 22 ans a franchi les portes du 1 rue Hélène Boucher au printemps. Quelques mois plus tard : il doit choisir entre deux formations prometteuses. Il a parrainé un ami qui signera peut-être aussi un Contrat d’Autonomie avec Ingeus et surtout il prépare un album studio, “Insomniak”.

> Si les voyages forment la jeunesse, alors Mehmet Kilic est ingénieur !

Depuis qu’il est très jeune, Mehmet partage son temps entre Lyon et la région parisienne : deux grandes familles, deux entourages, deux groupes de « meilleurs amis ». Des « va et viens » qui lui ont valu de se faire renvoyer de l’école en raison de ses trop nombreuses et trop longues absences. « Je suis comme ça, j’ai besoin de bouger ». Il aime rencontrer des mentalités différentes, voir comment vivent les gens ailleurs et surtout accumuler du vocabulaire : « on ne parle pas tous avec les mêmes mots, même en France. Les parisiens disent “wesh, ma gueule”. Au début je me demandais si c’était une insulte ou quoi, mais en fait c’est comme “wesh, mon pote” à Lyon », plaisante-t-il.

Il a déjà posé ses bagages en Suisse, en Allemagne, à Londres et en Serbie. La Pologne et la Suède se profilent à l’horizon pour la fin de l’année 2012. Et bien sûr la Turquie, d’où sa famille est originaire. « Franchement Istanbul, c’est extraordinaire cette ville ! »

Avec une telle passion, Mehmet a travaillé assez naturellement comme ASA (agent de sécurité aéroportuaire), après un contrat de qualification professionnelle qu’il a financé seul. Mais exerçant à l’aéroport de Bâle-Mulhouse en Alsace, il se sentait trop loin de ses proches.

> “Daÿ Daÿ”

MehmetKilic2Les voyages, mais pas l’errance. Comme il l’écrit dans le titre “La banlieue a vu mon enfance”, « je suis pas un p’tit caïd, je suis pas un p’tit frimeur ». Mehmet est un “bosseur”, comme le confirme Najet Essendi, sa conseillère Ingeus, « il ne rechigne jamais devant la tâche à accomplir, cela ne le dérange pas de travailler la nuit par exemple ». Najet l’accompagne depuis son arrivée chez Ingeus : en plus d’une grande capacité de travail, Mehmet a aussi la tête sur les épaules. Il ne brûle pas les étapes. Il sait que les chances de percer dans le rap sont maigres.

Des valeurs acquises notamment en travaillant avec les cousins turcs de Paris. « C’est Daÿ daÿ là-bas, une expression pour dire : bouge, bouge, active-toi. C’est stakhanoviste l’ambiance », se rappelle le jeune homme.

Aujourd’hui, Mehmet adore quand ses sons tournent dans le quartier et quand les petits viennent lui dire avec un grand sourire : « c’est bon ». Il apprécie plus encore que l’on reconnaisse son travail, “beaucoup de travail”, les nuits blanches passées à essayer de finir des textes, au point d’oublier l’heure et de devoir attendre le petit matin pour rentrer chez lui.

> “J’aime oser ce que les autres n’osent pas”

Des échecs, il en a connus. Mais Mehmet ne s’arrête pas à cela : « Les échecs me renforcent, je ne lâche rien. Je crois même que j’aime galérer, je le prends comme une aventure, parce que ça oblige à trouver des solutions. Et quand on cherche des solutions, on n’est pas en train de déprimer. »

« Il doute parfois beaucoup », confie Najet, « mais il est à l’écoute, considère les conseils que nous lui donnons. Autre qualité primordiale : il sait se remettre en question et est très peu susceptible. Pour la formation de conducteur de bus par exemple, il y a des tests psychotechniques, des tests de logique. Il aurait pu foncer tête baissée et les passer immédiatement mais il a préféré les préparer. Lorsque nous avons travaillé, il n’était pas du tout buté, il cherchait à comprendre. »

Son autre grande force est de savoir exprimer ses peurs. « Lors d’examens blancs par exemple, il savait nous dire quand il se sentait en panique, quand il voyait bien qu’il ne maîtrisait pas », raconte Najet.

Conducteur de bus chez Veolia ou annonceur de circulation ferroviaire à la SNCF ? Mehmet n’a pas encore tranché. Il prendra sa décision posément, en considérant la situation la plus avantageuse pour sortir son album. Une chose est sûre, il saura demander conseil aux proches à qui il réserve ses Big Up : Dez, toujours avec lui sur scène, Ibo Cekic, Moaz, Viez Ouz Aga et Ogu Tema L’punch.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest