Speed comport’in : apprendre en s’amusant !

Le 17 décembre 2010
2

Depuis le mois août dernier, Ingeus teste un nouvel outil auprès des jeunes signataires du Contrat d’Autonomie, dans le Nord et le Rhône. Ce support, baptisé Speed comport’in, permet de mieux appréhender le monde de l’entreprise et les règles d’intégration au marché du travail.

Speedcomportin1 Un support ludique de formation

Ils sont six à douze, tous signataires du Contrat d’Autonomie, réunis autour du plateau de jeu et encadrés par un conseiller Ingeus. Première carte tirée au sort, celle des questions-réponses : « Est-ce que je peux tutoyer mon patron ? » Réponses proposées : Non, en aucun cas, ce n’est pas poli / C’est interdit par le code du travail / Oui, s’il m’invite à le faire. » Chacun réfléchit. Le joueur qui a pioché la carte donne ensuite sa réponse. Bonne ou fausse, c’est surtout l’occasion pour le petit groupe de débattre autour de cette question.

« L’objectif est de travailler sur une thématique spécifique tout en s’amusant » explique Valérie Willemetz, gérante de la société Kelje, éditeur spécialisé de supports ludiques de formation. « Mais le jeu est un moyen pas une fin. Après chaque épreuve, une discussion de cinq à six minutes s’instaure pour connaître l’avis des participants sur le thème qui vient d’être abordé. »

Quatre types de jeu

Pour mieux comprendre les droits et les devoirs en entreprise, les jeunes sont mis à l’épreuve grâce à quatre types de jeu : les questions/réponses, les jeux de rôle, la case chance/malchance et les défis.

« L’une des épreuves consiste par exemple à reconstituer, en un temps limité, un puzzle, qui est en fait une fiche de paie » détaille Patrick Vaesken, Responsable de l’innovation chez Ingeus. « Les jeunes peuvent ainsi apprendre ou revoir quels sont les éléments constitutifs d’une fiche de paie ».

Autre épreuve: un jeu des sept erreurs autour de l’entretien d’embauche. Sur un diaporama, les joueurs doivent par exemple repérer que le candidat n’a pas enlevé sa casquette, un point négatif face à l’employeur.

« Au début de la partie, les jeunes se voient confier un capital de points qui équivaut au capital confiance que leur accorde leur patron lors de leur entrée dans l’entreprise », précise Valérie Willemetz. À eux, dans le jeu comme dans la vie, de le conserver.

Bon accueil

Avec le Speed comport’in, chacun prend ainsi conscience de son niveau de connaissance sur Photo plateau jeu l’entreprise, les droits et les devoirs du salarié. C’est aussi l’occasion pour les signataires du Contrat d’Autonomie de voir comment travailler en équipe.

Depuis le début de la phase de test, ce nouvel outil a été très bien accueilli. « Tous ont compris la plus value que ces jeux apportent : une meilleure connaissance des codes et devoirs en entreprise, de leur comportement, leurs attitudes et leur personnalité pour réussir l’entretien d’embauche et la phase d’intégration » conclut Patrick Vaesken.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

2 commentaires Commenter

  1. delattre isabelle . 10 mars 2011 . Répondre

    je suis formateur depuis peu et cette façon ludique de former les jeunes m’intéresse beaucoup.
    puis je en savoir plus?
    comment me le procurer?
    merci d’avance
    isabelle

  2. Pas de quartier pour le chômage! . 26 avril 2011 . Répondre

    Vous pouvez vous connecter au site http://www.kelje.com, vous y trouverez toutes les informations utiles.