Tissons la Solidarité fait rimer réinsertion et luxe

Le 4 janvier 2013
0

Parmi les initiatives d’insertion professionnelle en France, peu sont celles qui proposent de travailler avec le secteur du luxe, deux mondes a priori diamétralement opposés. C’est pourtant le credo de Tissons la Solidarité, une association de recyclage de vêtements qui permet à de nombreuses personnes de reprendre le chemin de l’emploi.

Tissons-la-solidarite

Un partenariat étonnant

À première vue, les chantiers de réinsertion professionnelle et les métiers de la mode de luxe n’ont rien en commun. Cependant, Tissons la Solidarité, une association de réhabilitation par le travail, a conclu depuis plusieurs années des partenariats avec la maison de couture de Christian Lacroix.

Pour Caroline Portes, à la tête de l’association créée en 2006, il n’y a rien de « compliqué ». En effet, d’un côté, les professionnels de la mode ont des besoins précis. De l’autre, les salariés recrutés et formés par Tissons la Solidarité ont des compétences à développer.

Il s’agit de faire correspondre les attentes de chacun et de professionnaliser les process de l’association pour répondre à la demande exigeante du secteur de la mode de luxe. Ainsi, pour la présidente, il est nécessaire d’instaurer une véritable démarche professionnelle, où la qualité de production réponde aux impératifs du milieu, afin d’être aussi performante qu’une entreprise dite « classique ». Ici, il n’est pas question de mener des actions caritatives mais bien de proposer un service adapté aux attentes des professionnels.

Une collection, la Griffe Tissons la Solidarité, a même été conçue en collaboration avec Christian Lacroix.

En plus de la sous-traitance, Tissons la Solidarité, en partenariat avec Relais France et Emmaüs, s’occupe également de recycler le textile. Cette activité a créé 2000 emplois depuis 2008 et a permis la réutilisation de 150 000 tonnes de matière première, réduisant les déchets de 70%. Une belle économie tant pour les collectivités locales, à qui incombe la destruction des vêtements, que pour l’environnement.

Un emploi pour reprendre confiance

Tissons la Solidarité permet à toutes les personnes éloignées de l’emploi ou sans diplôme de (re)mettre un pied à l’étrier. Si 83 % de l’effectif est féminin, les chantiers de réinsertion professionnelle sont ouverts à tous.

À Tissons la Solidarité, les contrats n’excèdent pas deux ans. Le temps pour les salariés de reprendre confiance en leurs capacités et de se former pour ensuite intégrer un poste similaire dans une entreprise « classique ».

En effet, tout au long de la période passée dans l’association, les salariés ont la possibilité de décrocher l’un des quatre titres professionnels reconnus par le ministère du Travail et de l’Emploi qui offrent des débouchées importantes comme celui de conducteur, d’agent magasinier, de fabricant de vêtements ou d’employé commercial.

Ces chantiers de réinsertion s’adressent à tous ceux en quête d’un nouvel avenir professionnel. Grâce à cette initiative, Tissons la Solidarité leur ouvre à la fois un accès à l’emploi et les portes d’un secteur a priori peu accessible.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest