Bilan de compétences : 5 conseils pour partir du bon pied

Le 17 novembre 2016
1

Prélude à un virage professionnel ou simple prise de recul par rapport à sa carrière, le bilan de compétences est un moment privilégié pour le salarié. Etroitement codifié par la loi, il n’en reste pas moins un outil « libérateur de potentiel » qui permet d’ouvrir des fenêtres sur l’avenir, à condition toutefois de savoir en tirer le meilleur parti. Eclairages avec Florence Vellay, Responsable de l’activité bilan de compétences chez Ingeus.

 

① Sachez pourquoi vous faites un bilan de compétences

Vous avez envie (ou besoin) de prendre du recul par rapport à votre carrière ? Vous aspirez à des changements dans votre vie professionnelle, voire à une reconversion ? Le Bilan de Compétences est fait pour vous. Le bilan de compétences peut constituer la première étape d’un virage, un moment où vous allez pouvoir faire le point sur votre parcours, vos aspirations, mais aussi bien entendu sur vos compétences

 

② Choisissez avec soin le consultant qui va vous accompagner

Pas facile de se décider tant il existe de cabinets RH proposant cette prestation. La personne qui va vous accompagner joue un rôle crucial et vous devez vous sentir en phase avec elle. Le consultant vous proposera une méthodologie personnalisée et adaptée à vos besoins « C’est pourquoi, chez Ingeus, nous proposons un premier rendez-vous gratuit avec le conseiller qui  vous accompagnera. Nos consultants experts en bilan de compétences sont répartis dans nos agences  sur toute la France» précise Florence Vellay. Autre spécificité Ingeus : le conseiller qui vous accompagnera sera le même du début à la fin de la prestation. « Quand on entame un bilan de compétences, on donne sa confiance à la personne qui vous accompagne. Il est donc préférable d’être suivi par elle tout au long du processus » indique Florence Vellay.

 

③ Trouvez votre financement

Tout le monde peut faire un bilan de compétences ! Ceci dit, pour le faire financer, il faut être salarié soit en CDI (depuis au moins cinq ans, dont un an dans son entreprise actuelle) soit en CDD (avec deux ans d’activité, dont quatre mois au cours de la dernière année). A partir de là, deux options s’offrent à vous : s’adresser au service Ressources Humaines de son entreprise, ou se tourner vers un OPACIF comme le Fongecif, un mode opératoire à privilégier si vous ne souhaitez pas informer votre employeur de votre démarche. Dans tous les cas, les résultats de votre Bilan de compétences sont strictement confidentiels, votre entreprise ne peut pas les consulter sans votre accord. A partir du 1/01/2017, le bilan de compétences peut être financé par le CPF (sous certaines conditions).

 

④ Ne vous censurez pas

L’une des forces du bilan de compétences est d’offrir un espace d’expression totalement libre sur la carrière et la vie professionnelle. « La confidentialité étant garantie, les salariés osent exprimer des ressentis qu’ils ne diraient pas forcément ailleurs. Pendant toute la durée du bilan, le conseiller est là pour écouter et guider, sans jugement » commente Florence Vellay.

 

⑤ Explorez efficacement toutes les pistes que vous allez identifier

La démarche fait tout naturellement émerger des perspectives qui sont autant de pistes professionnelles sur lesquelles le consultant va vous inviter à aller plus loin, en faisant des recherches documentaires et des enquêtes métiers, menées auprès de professionnels sur le terrain. « Puis vient l’heure de confronter ces pistes à la réalité, pour évaluer leur faisabilité : votre situation personnelle, votre niveau d’étude et l’adéquation avec le métier visé, mais aussi bien entendu le marché de l’emploi dans le secteur en question » explique Florence Vellay avant d’ajouter « Chez Ingeus, notre process exige la mise en place d’un plan d’actions précis et la définition de deux projets, afin d’ouvrir plus grand le champ des possibles ». Car accompagner les personnes vers le changement ne doit pas empêcher de garder les pieds sur terre.

 

En quoi consiste un bilan de compétences ?

Il s’agit d’un accompagnement d’une durée maximum de vingt-quatre heures, réparties sur six à seize semaines, le tout étant strictement défini dans le Livre 9 du Code du Travail.

Comment se déroule-t-il ?

Concrètement, un bilan de compétences se décompose en trois phases :

 1/ La phase préliminaire, où la personne analyse son parcours professionnel et personnel, identifie ses domaines d’expertise et ses aptitudes personnelles, guidée par le consultant.
2/ La phase d’investigation, axée sur le développement personnel, l’exploration des centres d’intérêts, des motivations et des potentiels.

3/ La phase de conclusion, durant laquelle le conseiller fait la synthèse du travail effectué et identifie avec la personne les axes de progrès, les points de vigilance et, le plan d’action à mettre en place pour réaliser un projet professionnel.
Le conseiller recontacte systématiquement la personne accompagnée six mois après la fin du bilan, afin d’effectuer un suivi actif.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Un commentaire Commenter

  1. Boitard . 14 décembre 2016 . Répondre

    Bonjour,
    Je suis très intéressée par ce métier.
    Je suis en pleine reconversion professionnel et ayant un parcours de commerciale, je souhaite préserver un contact humain dans mon futur domaine professionnel.