« Le fait d’avoir un casier judiciaire que tout le monde peut consulter… certains employeurs hésitent à m’embaucher. » Sylvio, 24 ans.

Le 5 mars 2009
0

Image 2
Sylvio a 24 ans et un objectif : trouver un emploi avant le 18 mars. Cette date précise est symbolique : le 18 mars 2008, le jeune homme s’est retrouvé au chômage. Il a perdu son emploi d’agent de service. Hors de question de rester plus d’un an sans travail : « prendre une année sabbatique, c’est bien… quand on est entouré ».

Sylvio se sent en effet très seul. Et depuis plusieurs semaines, il n’a aucun revenu : « je ne peux pas toucher le RMI car j’ai moins de 25 ans, je ne perçois plus le chômage car ma période d’indemnisation est terminée… là, je reviens juste du Secours catholique. Sans leur aide, je ne sais pas comment je ferai pour manger ». De temps en temps, il décroche quand même un boulot en intérim : « mais je vais jouer franc jeux, je suis connu des services de police. Je viens juste de passer en jugement. Le fait d’avoir un casier judiciaire, que tout le monde peut consulter… certains employeurs hésitent à m’embaucher ».
Une situation difficile, mais il a connu pire : « j’ai déjà été à la rue. Là, même si je ne peux 0812-08PortraitSylvioExergue

plus payer mon loyer depuis trois mois, je ne dors pas dehors ».

Image 4
Le Contrat d’Autonomie est arrivé à point nommé pour ce jeune homme : il va bientôt toucher sa bourse mensuelle de 300 € mais surtout, il se sent accompagné et soutenu par sa conseillère : « chez Ingeus, je sens qu’on ne me laisse pas de côté. Depuis le début, on a enchaîné les rendez-vous. Il y a un suivi toutes les semaines ». Un CV complètement retravaillé, des lettres de candidatures ciblées : « ça me motive, ça me booste », assure Sylvio qui prend conscience des difficultés du marché mais s’accroche. Car le 18 mars approche à grand pas.

>> Sylvio en vidéo



Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest