« Stop aux clichés sur les jeunes », un prix pour changer le regard sur les jeunes.

Le 20 novembre 2009
0

Cliché Les jeunes fument, sèchent les cours, traînent dans les rues. Ils ne s’engagent pas, n’écoutent pas les autres, sont individualistes. Les jeunes sont accros aux ordinateurs, dragueurs, ils ne s’intéressent qu’aux choses futiles. Des clichés comme ceux-là, la télé, la presse, la radio et Internet en véhiculent quotidiennement.

Véhiculer une image normale et équilibrée

Le 21 novembre prochain, sera décerné le prix « Stop aux clichés sur les jeunes ». Ce prix récompensera les journalistes qui donnent la parole aux jeunes, font appel à des points de vue différents, sans verser dans l’amalgame ou les clichés.

« Dans les média, le plus souvent, soit les jeunes sont stigmatisés, soit les journalistes mettent en avant, l’étudiant qui a monté son entreprise et réussi ou celle du jeune humoriste, issu des quartiers qui s’en est sorti et gagne de l’argent » explique Marie-Pierre Pernette, responsable de la campagne « Stop aux clichés sur les jeunes » pour l’Anacej, l’association nationale des comités d’enfants et de jeunes. « Tout comme les adultes, certains jeunes s’engagent, d’autres non. Certains sont accros aux ordinateurs, d’autres non. Les jeunes veulent seulement que les media parlent d’eux normalement et surtout qu’ils leur donnent la parole pour que l’article soit équilibré ».

Un prix créé et attribué par les jeunes

Créé en 2007 par le comité jeunes de l’Anacej, le prix « Stop aux clichés sur les jeunes » est décerné par Anacej un jury de jeunes de moins de 25 ans. Télé, radio, presse écrite et Internet : chaque media a son prix.

Au-delà de la récompense, cette initiative permet aussi une prise de conscience collective, côté jeunes et côté journalistes. « Beaucoup de choses ont changé pour moi après ce travail » explique Chérazad Nouri, 18 ans, qui a participé à la première édition du prix. « J’avais même des clichés sur la profession de journaliste. Je me suis rendu compte qu’il y avait une direction derrière les journalistes. C’est un métier plus compliqué qu’il n’en a l’air. »

Pour Célia Quilleret, marraine de la première édition du prix et journaliste radio : « Il s’agit bien pour nous, journalistes, d’une leçon. A l'avenir, il est important de penser davantage aux jeunes qui n'ont pas assez de place dans les médias et de porter sur eux un autre regard. »

> Une vidéo bourrée de clichés !

> Et un site pour militer contre les clichés !

http://www.stopauxcliches.fr

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest